Tu comprendras quand tu seras plus grande – Virginie Grimaldi

Pause lecture pendant les vacances

Petit partage de , parce que la lecture, c’est cool ! Cet été, l’activité « lecture sous l’ombre d’un arbre dans mon transat préféré » a fait
partie de mon top 3 de mes activités préférées. On a de la chance, notre été aura été MA-GNI-FIQUE. J’ai pu bouquiner pendant des heures… 

Bon… Maintenant le soleil s’est barré, on se pèle carrément. Pas le temps de s’adapter, Pouf, faut ressortir les tenues hivernales. Mais un bon livre sous un plaid tout doux, c’est cool aussi  😀

Pendant cette douce période estivale, j’ai entamé Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi.

Résumé :

Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.

C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.

J’avoue, j’ai cédé à la pub qui inonde notre quotidien de société de consommation. Je le voyais partout ! Le résumé me plaisait bof bof, mais comme je n’en ai entendu que du bien, je me suis laissée convaincre, presque trop facilement (je suis la championne du « je commence lui, oh puis finalement lui, oh puis en fait non je vais prendre lui… »).

Ce livre est une très belle découverte, je tire mon chapeau à Virginie. Facile à lire, difficile d’en décrocher.

tu comprendras quand tu seras plus grande

Pendant ma pause déjeuner, j’ai décidé de m’expatrier seule dans ma voiture et m’octroyer un petit moment totalement personnel. Exit la salle de repos pleine à craquer, les commérages, les langues de vipères, les discussions qui n’ont pas lieu d’être. J’embarque mon sandwich, adios amigos, et Hop ! Je file rejoindre Gwladys et ses sièges molletonnés. J’ouvre ma liseuse et me plonge dans un monde parallèle. J’ai été prise de fou rire toute seule, ce qui m’a valu des regards bizarres. Devient-elle folle ? Non non… Elle est normale.

En tant que jeune fraîchement débarquée dans la cour des grands, les histoires de vieux, tout ça tout ça, c’est pas trop mon truc. Ça m’ennuie, ça me lasse, je me sens pas concernée. Puis la vieillesse, la mort, la fin de vie, tout ça, ça me fait peur. Pas envie de finir en vieux raisin sec tout fripé avec l’esprit qui déraille… Alors j’y pense pas. J’occulte, je ferme les yeux, et refuse d’aborder la question pour le moment. Mais quand l’idée m’effleure l’esprit, ça me fou la flippe ! Ce livre m’a forcée à affronter cette peur que je ne m’avoue pas et réfléchir autrement à la question, à porter un regard complètement différent sur la question. Les personnages nous parlent chacun de leur expérience, de leur ressenti, de leur point de vue. C’est beau, c’est agréableUn passage m’a particulièrement marqué. Un petit vieux, qui parle de la vieillesse en disant : 

« Si la vieillesse était douce à vivre, personne ne voudrait que ça s’arrête. Le fait qu’elle soit si rude rend l’existence moins attachante. La vieillesse a été inventée pour se détacher de la vie. »

Ce livre, c’est la vie à l’état pur, c’est une belle leçon sur notre existence, sur la vie en général et sur le bonheur. Comment se reconstruire quand on se sent perdu, au fond du trou ?

Comment approcher cette période si particulière qu’est la vieillesse ?

Il nous amène à nous poser des questions et à réfléchir. Et c’est ce que j’aime dans un . On lit une histoire en apparence simple, mais pas seulement. Sans s’y attendre, BAM ! Claque dans la figure ! On en ressort grandi. Avec en bonus une belle touche d’humour comme j’aime qui ne laisse définitivement pas insensible.

J’ai adoré. J’ai eu l’impression que quelqu’un était venu dans ma vie pour éclairer ma lanterne, un peu comme le ferait une vieille amie dans les moments de doute. Alors… Merci Virginie, ton histoire a créé une petite étincelle ici…

Pour vous, un petit extrait :

Je suis une peureuse. Fut un temps où j’étais affublée du surnom Bouh, et je dois avouer que cela me sied mieux que Julia. Je sursaute à chaque fois que je croise quelqu’un sans m’y attendre, descendre des pistes bleues en chasse neige s’apparente à un sport extrême et je me transforme en sirène de pompier dès qu’un chien m’approche. Une fois, je devais avoir quinze ans, j’ai entendu ma mère crier dans la cuisine. Je me suis précipitée. Elle tentait de maîtriser des flammes qui s’échappaient d’une poêle. Dans ma tête, je me suis vue attraper un torchon, le passer sous l’eau et étouffer le feu avec le plus grand flegme. Dans ma tête seulement. Parce qu’en réalité j’ai juste réussi à articuler « Adieu maman » avant de détaler en hurlant. Une autre fois, alors que j’attendais Marc dans la voiture devant son bureau, un homme a tapé avec insistance à la vitre. Il faisait nuit et il arborait un chaton sur son tee-shirt, c’était suspect. Ni une ni deux, je lui ai vidé ma bombe lacrymogène dans les yeux. Il s’agissait en fait d’un collègue de Marc, qui venait gentiment m’avertir qu’il aurait du retard.

Quand j’ai terminé ce roman, je me suis sentie heureuse, et triste à la fois. Triste de quitter tous ces personnages particulièrement attachants, mais heureuse de tout ce que j’y ai appris.

Si vous avez aimé cet article, notez le !

Notez cet article
[Total: 6 Total: 3.7]

Pour ne rater aucun article, inscrivez vous à la newsletter :

Le monde de Sofhy est également sur Hellocoton :
Suivez-moi sur Hellocoton

Pin It on Pinterest

Share This

Vous avez aimé cet article? Partagez le avec vos amis !

%d blogueurs aiment cette page :